Iran


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La République d'Iran est située au sud-ouest de l'Asie. L'histoire de l'État ici remonte à plus de cinq mille ans. L'Iran est un État très important en termes d'influence dans le monde islamique et en Asie. C'est l'un des pays les plus développés de la région avec de riches réserves de pétrole et de gaz naturel. La population de l'Iran est d'environ 78 millions de personnes, selon cet indicateur, ainsi que la superficie, le niveau de PIB, le pays occupe la 17e place dans le monde. Pendant la Révolution islamique de 1979, la monarchie a été renversée ici et une république a été proclamée.

Aujourd'hui, l'Iran hante la communauté mondiale. Mais une personne éduquée est simplement obligée de combattre ces mythes.

En Iran, les femmes sont tenues de cacher leur visage et leur corps. Lorsque nos touristes s'envolent pour l'Iran, ils sont avertis que le paquebot sera divisé en deux moitiés. Les femmes apportent des hijabs et de longs imperméables avec elles. Mais en Iran, ils sont depuis longtemps démodés et le voile est rarement porté - dans les institutions gouvernementales ou les mosquées. Dans la rue, la plupart des filles se débrouillent généralement avec un foulard léger qui couvre leurs cheveux, car la tête doit être couverte. Les femmes iraniennes portent elles-mêmes des chapeaux par habitude. De nombreuses femmes ont complètement abandonné les tchadurs. Oui, et dans les avions, les femmes prennent place à côté des hommes, tandis que la blonde à moitié affiche calmement des vêtements à l'européenne. Les femmes iraniennes portent des talons hauts, des vêtements à la mode, se teignent les cheveux et se maquillent. Les jeans sont populaires auprès des femmes de tous âges. Les vêtements audacieux sont déconseillés dans les lieux publics.

L'Iran est un pays très fermé. Une fois dans ce pays, il suffit de jeter un coup d'œil sur la publicité de rue pour démystifier ces mythes. Il y a d'énormes panneaux d'affichage sur les bâtiments, le long des routes et dans les transports. Ils disent que de grandes entreprises mondialement connues du Japon, de Chine, de Corée du Sud, de France et de Pologne sont présentes sur le marché local. Même les géants américains Microsoft et Hewlett Packard sont représentés en Iran. Comme vous pouvez le voir, ce pays est ouvert sur le monde entier. Et la plupart des grands voyagistes proposent des visites en Iran. Après tout, c'est un pays avec une histoire riche qui intéressera les voyageurs.

L'Iran est un pays arriéré informatique. Ce n'est pas vrai, l'informatisation de l'Iran est à un niveau assez élevé. De nombreux programmes de production étrangers soutiennent même le persan. Et les prix des composants informatiques ne sont pas exorbitants, ils sont comparables à ceux de Moscou. Internet se développe rapidement dans le pays, dans les grandes villes, il existe de nombreux cafés Internet où les jeunes s'assoient pendant des heures. Les fournisseurs sont "réputés" pour bloquer l'accès à certaines ressources, mais nous parlons principalement de pornographie manifeste. Et les sites réguliers sont disponibles pour tous les utilisateurs.

L'Iran est un pays arabe sauvage dans lequel la vie civilisée n'a commencé qu'avec l'arrivée des Européens. Pour une raison quelconque, c'est exactement ce que pensent les Européens, qui perçoivent les pays du Proche et du Moyen-Orient comme d'anciennes colonies françaises ou anglaises. Mais l'Iran est un pays assez unique. Non seulement il est 4 fois plus grand que la France en superficie, mais l'Iran est également l'un de ces 7 pays non européens qui n'ont jamais été les colonies de personne. Le nom de l'État signifie littéralement «terre des Aryens». C'est le nom que Shah Reza Pahlavi a donné en 1935 aux territoires persans qui sont restés avec lui après la destruction du grand empire. Et les Français et les Allemands ont trouvé sur le territoire du pays l'ancienne ville de Persépolis et les monuments du grand État qui ont existé pendant encore trois mille ans appelés. C'est dans l'Empire perse qu'elle a pu inventer puis diffuser l'écriture cunéiforme, la Grande Route de la Soie courait ici, les contes de fées "Mille et une nuits" ont été écrits. Les Perses ont appris à irriguer avec des canaux, ont inventé les échecs et la climatisation. Ils ont découvert l'alcool méthylique, créé une partie de l'algèbre et de la géométrie, inventé le zéro. Et la date du 25 décembre, qui était considérée comme l'anniversaire de Zarathoustra par les chrétiens, a été choisie comme la Nativité du Christ. Comme vous pouvez le voir, une civilisation développée existait ici bien avant celle européenne. En Iran même, ils ne parlent pas l'arabe, mais le persan. Cette langue appartient au même groupe indo-européen que le français.

L'Iran est étroitement associé à Al-Qaïda et est impliqué dans les attentats du 11 septembre. Al-Qaïda est un groupe salafiste sunnite. Il est originaire d'Arabie saoudite chez les Wahhabites. Cette idéologie défend la nature tribale arabe de l'islam, qui contredit en principe l'islam chiite répandu en Iran. La religion du pays a uni les Imamites, qui ont pris le jafarisme, la philosophie soufie de Jafar al-Sadiq, comme base de leur foi. Cette tendance affirme la vision familiale de l'islam. Au cœur de cette approche se trouve le respect de la famille et des descendants, ainsi que des prédécesseurs historiques de l'islam. Ceci explique l'attitude plutôt tolérante des chiites envers les chrétiens et les juifs. Le salafisme, comme l'Arabie saoudite, est traditionnellement l'ennemi des autorités qui dirigeaient l'Iran depuis l'émergence de la direction chiite de l'islam dans ce pays.

L'Iran est gouverné par une dictature. L'Iran est actuellement une république théocratique. Le pays est devenu l'héritier de l'empire perse. Au fil du temps, le passage d'une monarchie absolue à une monarchie traditionnelle, et en 1951, à la démocratie, s'est fait de manière naturelle. Mais le gouvernement de Mohammed Mossadegh n'a duré que jusqu'en 1953, il a été renversé par les coups d'État avec le soutien de la CIA. Le fait est que le gouvernement iranien a décidé de nationaliser l'industrie pétrolière. La prochaine crise pétrolière en 1979 a conduit à une deuxième révolution qui a engendré la République islamique d'Iran en 1981. Il a un Sénat, une législature et un Conseil religieux suprême. Au fil du temps, la constitution du pays a été modifiée de sorte que le pouvoir de la didera, le chef du Conseil religieux suprême, a été renforcé. Le nouveau régime théocratique a conservé tous les droits des citoyens inhérents à la démocratie. Les gens ont le droit de vote, l'accès à l'éducation et aux soins de santé, la liberté de mouvement et le suffrage universel. Bien que les institutions clés de la république soient restées (sénat et parlement), le rôle du président a diminué. Les partis politiques doivent avoir un certain sens religieux, approuvé par le clergé. Les libertés personnelles ont légèrement diminué et le code vestimentaire est apparu. Mais tout de même, on ne peut pas parler de dictature dans le pays.

L'Iran est un pays agressif et barbare, dangereux pour ses voisins. Après avoir étudié l'histoire de l'Iran, on peut voir que le pays n'a attaqué personne au cours des deux cents dernières années. Mais il est entouré de nombreuses bases militaires américaines et françaises. Certes, il ne faut pas oublier qu'au cours des 30 dernières années, l'Iran a mené une politique militaire plutôt active dans la région, en apportant une assistance aux pays qui ont souffert d'Israël. Nous parlons de la Syrie, de la Jordanie, de la Palestine et du Liban. C'est pourquoi on pense qu'une guerre psychologique et de propagande invisible est menée entre l'Iran et l'Occident. Un côté utilise les barbes de son président et les alliances nouées au Moyen-Orient, tandis que de l'autre les États-Unis agissent avec leur machine de propagande sous la forme d'Hollywood et de sanctions économiques. Ainsi, l'Amérique empêche l'Iran d'accéder aux instruments financiers MasterCard et Visa, ne lui permet pas de rejoindre l'Organisation de coopération et de développement économiques. Pas loin derrière les États-Unis et l'Europe, où des rumeurs se répandent sur de terribles exécutions en Iran sauvage par pendaison ou lapidation. L'image agressive de l'Iran aux yeux du public est donc largement fabriquée. Il semble que dans ce pays, la même Amérique ne semble en rien pacifique.

L'Iran vit dans l'isolement. Il convient de noter que ces dernières années, l'attitude de la communauté mondiale par rapport à. Et George W. Bush a également joué un rôle à cet égard. En effet, c'est grâce à ses actions et campagnes militaires que l'Irak et l'Afghanistan sont devenus des États chiites, qui sont finalement devenus les alliés de l'Iran. Et le «printemps arabe» qui a balayé la région a contribué à l'arrivée au pouvoir de régimes amis de Téhéran. Il convient également de rappeler que l'Iran occupe la deuxième place mondiale pour la production de gaz et la troisième pour les exportations de pétrole. Ce fait, bon gré mal gré, vous fait respecter ce pays, car trop d’entre eux en dépendent. L'Iran est également membre du Mouvement des pays non alignés, où il y a en plus environ 80 autres pays. Cette association ne reconnaît pas l'hégémonie des États-Unis et de l'Europe, qui s'exprime dans le respect de la Chine et de la Russie. Ils préfèrent avoir un voisin fort et influent sous la forme de l'Iran plutôt que la présence d'un autre allié américain et israélien à leurs frontières.

L'Iran rêve de détruire Israël. Les mots suivants sont attribués au président Ahmadinejad, puis traduits en français: «Israël aurait dû être effacé de la carte du monde». Mais en fait, le représentant iranien ne dit jamais cela. Parlant simplement lors d'une conférence antisioniste, il a déclaré, à juste titre pour une telle réunion, que «nous devons débarrasser la planète d'un fléau tel que le sionisme». Mais c'est une question complètement différente. Il existe en effet des partis extrémistes dans le pays qui préconisent une guerre avec Israël. Mais seule leur opinion n'est pas partagée par les autorités iraniennes, et de telles opinions ne sont pas populaires dans la vie sociale et politique de l'État. Tout le monde comprend que la guerre n'apportera rien de bon.

Le président Ahmadinejad, le chef de l’État, est pratiquement sectaire. Ne prenez pas ce politicien comme un fanatique religieux scandaleux. Mahmoud Ahmadinejad est titulaire d'un doctorat de la prestigieuse université de Téhéran. De 2003 à 2005, il a été maire de la capitale de plusieurs millions de dollars. Ce n'est pas du tout le fou que les médias font de lui. Des rumeurs sur sa proximité avec la secte Khojatie, à l'instar des scientologues, sont diffusées par les services de renseignement occidentaux, ainsi que des informations sur l'implication des autorités iraniennes dans certaines attaques terroristes. Il n'y a aucune preuve réelle de cela.

L'Iran veut créer une bombe atomique. À ce jour, aucune preuve ne vient étayer cette affirmation. À un moment donné, l'Iran a signé le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et même sous le protocole, où lui seul a laissé sa signature sous la pression de l'Occident. En 2006, le chef spirituel du pays, l'ayatollah Khamenei, a déclaré dans l'un de ses discours que l'utilisation d'armes nucléaires serait contraire à l'idéologie de la République islamique. L'Iran est constamment visité par les commissions de l'AIEA, qui ne peuvent en aucun cas relier le programme nucléaire pacifique à des objectifs militaires. Très probablement, le problème est de nature économique, car ni l'Europe ni les États-Unis ne veulent un concurrent avec les technologies d'enrichissement de l'uranium. Après tout, cette substance sera vendue en Chine et en Inde à des prix inférieurs à ceux qui sont actuellement acceptés. Mais l'Iran se développe de manière dynamique et la plupart de la population a moins de 45 ans. Les questions énergétiques sont donc très importantes pour ce pays. Le programme nucléaire iranien ne devrait effrayer personne, car le même Occident fournit à Israël des missiles nucléaires, et des technologies ont déjà été fournies au régime de Kadhafi, qui a ensuite été renversé par les Européens. Il y a un autre fait intéressant mais peu connu. Dans les années 1970, l'Iran a prêté à l'Europe, et plus particulièrement à la France, un montant de 1 milliard de francs. L'argent était destiné à la construction du complexe Piertall, qui est devenu l'épine dorsale du projet nucléaire européen. Sans un prêt de l'Iran, la France ne serait peut-être jamais du tout devenue un État nucléaire. L'Iran lui-même possède déjà 10% des technologies nucléaires européennes, que le pays n'a jamais utilisées. En conséquence, le prêt n'a jamais été remboursé.

L'Iran veut attaquer l'Europe et a la capacité de le faire. L'Iran est en effet l'un des leaders mondiaux dans le développement et la production de missiles à moyenne et longue portée. Mais il n'y a tout simplement aucune raison d'attaquer l'Europe. Le gouvernement iranien a un service diplomatique puissant qui est une alternative à l'intervention militaire. Une fois de plus, les craintes des Européens se sont confirmées lorsqu'un mythe est apparu à propos d'une certaine fusée qui vole à trois mille kilomètres vers la France, et personne ne peut la détecter et l'abattre.

Si l'Iran est attaqué, il n'aura rien à défendre. Parmi toutes les armées terrestres professionnelles du monde, l'Iran possède l'une des plus importantes. En plus de 500 000 soldats entraînés, le même nombre de milices peut être armé. Cela permet d'appeler à la défense de l'Iran jusqu'à un million de personnes dans les seules forces terrestres. Mais il y a encore des réservistes, l'armée de l'air, la marine. L'Iran est également l'un des rares pays à produire des armes. Avec tout cela, environ 30% du PIB sont alloués aux besoins de l'armée. Cela permet au pays de développer ses propres armes de missiles. Les missiles antinavires basés au sol Shahab et Kowsar sont particulièrement célèbres, à la production desquels la Russie, la Chine et la Corée du Nord ont participé. L'Iran produit ses propres chars Zulfikar et utilise des T-72C russes, le pays possède ses propres avions de combat (avions d'attaque Shafagh et Azarakhsh), des transports et des hélicoptères. De plus, l'armée est équipée d'équipements électroniques modernes. Le plus important est que l'Iran dispose d'une flotte très forte, la plus importante du golfe Persique. Il comprend des frégates de classe Mowj, des patrouilleurs MIG, des sous-marins modernes de classe Noor et Tondar. Les roquettes iraniennes ont déjà lancé leurs propres satellites en orbite. En outre, toute une armée d'ingénieurs diplômés a été créée dans le pays. L'Iran a une très bonne éducation, chaque année 150 000 chercheurs la quittent. Tout cela rend le pays très fort. Entrer dans un conflit militaire ouvert avec l'Iran signifie un grand nombre de victimes et de destructions, ce que l'Occident n'est pas prêt à faire.

L'Iran a créé l'autocratie du président Ahmadinejad, qui essaie constamment de renverser les progressistes. Il ne faut pas oublier qu'en fait le président est la deuxième personne la plus importante du pays. Sa primauté est formelle; en fait, il appartient à un rahbar de toute une vie, un chef spirituel qui a à la fois des pouvoirs et des ressources matérielles. Il est élu par le Conseil d'experts, eux-mêmes recrutés par vote direct. L'ayatollah Khamenei a occupé le poste de rahbar au cours des 20 dernières années. Beaucoup appellent Ahmadinejad un homme de main, bien que la relation entre eux soit compliquée.

En Iran, l'autocratie de Khamenei, qui décide qui est président et qui ne l'est pas. La pratique s'est développée dans le pays selon laquelle Khamenei ne prend pas de décisions par lui-même. Le chef spirituel est obligé de manœuvrer constamment entre les clans, les factions et les coalitions. Tout ce qu'un rakhbat peut faire, c'est bloquer les candidats qu'il n'aime pas, ce qu'il fait périodiquement. Mais le rabbat ne peut pas contrôler le déroulement des élections, encore moins corriger leurs résultats.

L'Ayatollakratia a été établie en Iran. Selon ce mythe, il existe une oligarchie collective du clergé chiite dans le pays, elle contrôle toutes les sphères de la vie. Mais en réalité, l'élite politique locale et l'élite très oligarchique se compose non seulement de clergé, mais aussi de laïcs. De plus, cet environnement n'est pas monolithique, des conflits éclatent constamment à l'intérieur. On ne peut parler d'associations purement religieuses ou laïques. Il n'y a ni parti au pouvoir ni parti au pouvoir dans le pays. Et l'inimitié politique interne est ici de nature publique. À un moment donné, Khamene a soutenu Ahmadinejad, mais d'autres politiciens de haut rang et chefs spirituels ont soutenu son adversaire.Ce sont eux qui essaient d'organiser des manifestations à Téhéran. Nous ne parlons donc d'aucune sorte de monopole du pouvoir.

Il y a un régime dictatorial en Iran, même si on ne sait pas à qui. Il est de coutume en Occident d'accuser l'Iran de la présence d'une dictature. Mais dans le pays, il n'y a pas de répression, pas de police politique avec son arbitraire, pas de régime d'urgence. C'est juste que le régime islamique existe tranquillement en Iran, qui est très différent des démocraties libérales habituelles. Oui, il y a ici des restrictions, quotidiennes et sociopolitiques, basées sur les règles islamiques. Mais récemment, les autorités ne contrôlent plus aussi étroitement leurs citoyens dans ce domaine. Même pendant les périodes difficiles du règne de l'ayatollah Khomeiny et de la guerre Iran-Irak (1979-1989), des élections compétitives ont eu lieu dans le pays. Et au cours des 10 à 15 dernières années, une démocratie moderne développée a été établie ici, même si elle est islamique. Il suffit d'étudier les campagnes électorales dans le pays pour s'en convaincre. En Iran, comme en Occident, les réformistes et les radicaux les plus zélés sont emprisonnés et limités dans leurs droits. C'est une mesure naturelle de préservation du régime démocratique libéral, de sorte que la démocratie islamique ne diffère pas beaucoup de la démocratie occidentale à cet égard.

En Iran, l'Islam a réprimé de manière agressive toutes les autres religions. Les chrétiens ont peur de visiter ce pays, car il semble que les gens d'autres confessions y soient très mal traités. Pendant ce temps, en plein centre de Téhéran, vous pouvez trouver les dômes dorés de l'Église orthodoxe. Les gens prient ici ouvertement, pas secrètement dans les sous-sols. Il y a même un refuge pour les personnes âgées à l'église. Il s'est avéré qu'il y avait des églises d'autres dénominations chrétiennes dans les rues de la ville. Nous ne parlons pas de sous-sols, mais de grandes églises spacieuses avec une belle architecture. Dans le même temps, les chrétiens portent ouvertement des croix pectorales, dans le pays, ils sont fidèles aux représentants d'autres religions. C’est difficile à croire, mais il y avait une place pour les synagogues à Téhéran, malgré les relations difficiles entre l’Iran et Israël. Les Iraniens eux-mêmes disent avoir des sentiments complexes à propos du sionisme et non en tant que peuple juif. Ses représentants vivent ici depuis plusieurs siècles. Les minorités nationales et religieuses bénéficient non seulement de la liberté de religion, mais également de sièges au parlement. Les temples zoroastriens sont également actifs dans le pays, autrefois cette religion était la principale en Iran.


Voir la vidéo: China u0026 Iran reach historic deal, US freaks out Full show (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Eloy

    Idée merveilleuse et délai

  2. Donris

    Je suis désolé, bien sûr, mais ça ne rentre pas.Il y a d'autres options?

  3. Jon

    Bravo, idée brillante



Écrire un message